Comment composter en appartement?

La question de la réduction des déchets est de plus en plus présente aujourd’hui et se pose avec elle celle du compostage en ville et surtout en appartement. En effet, cette pratique est absolument normale à la campagne mais est beaucoup plus contraignante en ville. Il est impossible de simplement entasser ses déchets dans un seau en espérant en retirer un compost mûr quelques semaines plus tard pour ses plantes! Les déchets s’accumulent vite et peuvent s’accompagner d’une odeur plutôt désagréable voire de nuisibles (moucherons, souris…) si les choses ne sont pas faites avec soin!

Je vous propose dans cet article de résumer trois techniques qui existent aujourd’hui pour valoriser ses déchets de cuisine grâce à un compost d’appartement efficace! Ces techniques sont variées et vous trouverez forcément celle qui vous correspond.

 

Lombricompostage

 

La principale contrainte quand on veut composter en appartement est la place. Vous n’aurez pas à disposition un bac de plusieurs centaines de litres capable d’accueillir votre production de déchets. Il faudra donc absolument avoir recours à un accélérateur. Le premier qu’on vous propose est probablement le plus connu, le lombricompostage ou vermicompostage!

 

Pour faire simple, le lombricompostage est un élevage de vers rouges décomposeurs, qui se nourrissent de matières végétales et produisent une sorte de compost pâteux. Ce compostage s’effectue sur des plateaux drainants, sur lesquels la matière à décomposer est placée en couche fine d’au moins 10 cm d’épaisseur. Elle doit être constamment maintenue humide. Des vers décomposeurs y sont dispersés. Il faut environ 100 vers pour 5Kg de matière à composter. Le nombre de vers double tous les trois mois, ce qui permet une augmentation petit à petit des déchets à déposer. Il est très important de prévoir suffisamment de vers pour lancer votre lombricomposteur!

 

Le principe est des plus simples puisqu’il reprend tout simplement le cycle de formation de l’humus. Les vers se nourrissent des matières organiques à disposition et vous fournissent en retour du compost. Sachez que les vers produisent également un “thé” c’est-à-dire un liquide très nutritif qu’il faut drainer. Ce liquide est très fertilisant mais il faudra bien penser à le diluer avant de le verser dans vos plantes (1 volume de thé pour 10 d’eau).

 

Vous trouverez sur internet beaucoup de tutoriels pour fabriquer vous-même un lombricomposteur. Si vous avez le budget, on vous recommandera tout de même d’investir dans un modèle manufacturé qui limitera les fuites, que ce soit d’odeur ou de vers et qui assurera un environnement sombre et opaque à vos vers. La marque Verslaterre produit de très bon modèles. Si vos finances le permettent, la société Transfarmers a également fabriqué un modèle unique fabriqué en France qui regroupe un lombricomposteur et un pot de fleur.

Lire aussi : Formation Google my business

 

Le Bokashi

 

Le Bokashi est une technique encore assez peu connue mais très efficace pour composter en appartement. Ce compost se fait à la base grâce à la fermentation de son de céréale, c’est-à-dire leur enveloppe après séparation de l’amande (la graine), ainsi qu’un mélange de micro-organismes. Ces micro-organismes sont une sélection de 3 familles de bactéries: les bactéries lactiques, bactéries photosynthétiques et levures.

Ce mélange de son et d’EM va accélérer la décomposition de vos déchets grâce à une fermentation hygiénique et sans odeur pour peu qu’elle se déroule dans un seau bien hermétique et régulièrement drainé.

 

Contrairement à un composteur normal, le processus du Bokashi est anaérobie, c’est- à dire sans air. Il faudra donc dans un premier temps remplir votre seau en alternant déchets de cuisine et mélange de Bokashi. Puis le seau doit être maintenu fermé pendant deux semaines tout en drainant le jus qui se forme. Il faudra également maintenir le seau entre 5 et 30° pour ne pas nuire au processus, la fourchette est large vous devriez y arriver! L’idéal est donc d’avoir deux seaux pour remplir un seau pendant que l’autre est en fermentation.

Le produit peut être utilisé pour vos plantes à condition de le mélanger avec un peu de terre et de le laisser finir sa décomposition 3 à 4 semaines. Le thé peut être utilisé comme celui du lombricomposteur!

 

 

Les composteurs collectifs

 

La méthode la plus simple reste probablement d’avoir à disposition un composteur collectif. Ils sont présents dans de plus en plus de ville et l’initiative “Jeveuxmonbacbio” a même commencé à les cartographier.

Évidemment, qui dit bac collectif dit règles d’usage collectives. Il vous faudra donc certainement vous accommoder de certaines contraintes comme des horaires d’ouverture ou la participation à l’entretien de l’installation. Certains bacs collectifs mettent aussi à disposition le compost récolté mais ce n’est pas systématique. Dans d’autres cas, le compost est réservé à la collectivité pour les espaces verts.

Dans ce cas il vous faudra simplement vous munir d’un seau de compost. Un simple seau peut faire l’affaire tant qu’il possède un couvercle qui ferme hermétiquement. Il existe également dans le commerce des modèles de seaux spécifiques au compost munis de filtre pour éviter toute odeur. Si vous avez peur de ce genre de désagrément ça peut être une option!

 

Conclusion

Les options ne manquent pas et elles ont toutes leurs avantages. Il est tout à fait possible de composter sans le moindre budget avec un appareil fait maison ou simplement un seau pour reverser les déchets dans un composteur collectif. Le résultat peut vous permettre d’enrichir la terre de vos plantes et de diminuer la taille de votre poubelle!