Comment aider votre équipe à vaincre le syndrome de l’imposteur

0
3
Everyone, at some point in their career, has experienced feeling less-than-confident.

Tout le monde, à un moment donné de sa carrière, s’est senti moins sûr de lui.

Que vous soyez un junior nerveux qui a l’impression d’avoir tout à prouver, une nouvelle recrue qui rencontre une équipe hautement qualifiée ou un employé qui vient de recevoir une promotion, avoir l’impression de ne pas être à sa place sur un lieu de travail ou de ne pas mériter d’y être est l’une des expériences les plus universelles qui soient.

En fait, les recherches suggèrent que jusqu’à 70% des professionnels sont confrontés au syndrome de l’imposteur à un moment donné de leur carrière.

Alex Hattingh, Chief People Officer d’Employment Hero, explique qu’en général, un employé commence à se sentir plus sûr de lui au bout de quelques jours, ou à mesure qu’il s’intègre dans son rôle et son équipe. Mais que faire si vous constatez que l’un de vos employés semble constamment abattu, silencieux ou intimidé ? Que faites-vous si un employé sous-estime constamment son propre travail ou semble incapable de partager ses pensées et ses idées ? Vous devrez peut-être lui offrir un coup de pouce pour l’aider à se sentir mieux et à atteindre son véritable potentiel.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur est un sentiment de faible estime de soi qui fait croire à un individu qu’il ne mérite pas d’être dans son rôle, sa position ou son environnement.

Lorsqu’une personne souffre du syndrome de l’imposteur, elle peut avoir l’impression d’être un imposteur ou une fraude, et de ne pas avoir les compétences ou les qualifications nécessaires pour réussir. Ce sentiment peut être très précaire – comme si, à tout moment, elle avait l’impression qu’elle pouvait être “démasquée” pour son manque de compétences. Toutes les réalisations ou réussites qu’elles ont connues sont le fruit de la chance, et non de leurs compétences, de leur personnalité ou de leur persévérance. Ils ont l’impression que toute action qu’ils font peut les exposer et – dans un contexte professionnel – les faire virer et leur montrer la porte.

La bonne nouvelle, c’est que ce phénomène est assez courant et qu’il est possible d’y remédier. Il se produit aussi plus fréquemment chez les personnes qui sont très performantes. Le bon côté des choses, c’est que si vous souffrez du syndrome de l’imposteur, c’est peut-être le signe que vous êtes en fait très performant. Cela ne rend toutefois pas l’expérience moins désagréable.

Alors, que se passe-t-il lorsque vous souffrez du syndrome de l’imposteur ?

Vous pouvez utiliser un ou plusieurs de ces mécanismes d’adaptation :

Dévaloriser vos propres réalisations – vous pensez que tout ce que vous avez fait de bien est un heureux hasard. Vous ne partagerez jamais vos succès avec d’autres personnes car elles pourraient découvrir que vous n’avez pas vraiment fait grand-chose.

Vous êtes perfectionniste – si vous faites ne serait-ce qu’une petite erreur, cela augmente vos chances d’être “démasqué”. Vous vous épuisez à faire des heures supplémentaires ou à travailler le week-end pour que chaque petit détail soit parfait. Vous êtes peu enclin à demander de l’aide.

Vous vous fixez des objectifs extrêmement ambitieux et vous vous en voulez lorsque vous n’y parvenez pas : vous avez l’impression de devoir constamment faire vos preuves et vous vous fixez donc des objectifs irréalistes. Lorsque vous n’y parvenez pas, c’est une nouvelle ” confirmation ” que vous n’êtes pas un employé compétent.

Rejeter les compliments – si vos collègues vous félicitent ou reconnaissent une partie de votre travail, vous êtes susceptible de répondre par “ça aurait pu être beaucoup mieux”, “ce n’est pas aussi bon que ça aurait dû l’être” ou “ce n’était pas vraiment moi, c’est bien parce que…”. [other team member] est intervenu”. Vous minimisez également votre propre expertise et vos connaissances.

Peur écrasante d’échouer – les pensées d’échec, de rejet et d’être découvert pour “qui vous êtes vraiment” vous empêchent de dormir la nuit et font du travail une expérience angoissante.

Cela vous semble désagréable et impossible ? Ces symptômes du syndrome de l’imposteur peuvent faire des ravages.

Comment savoir si quelqu’un lutte contre le syndrome de l’imposteur ?

Identifier le syndrome de l’imposteur peut être difficile, car la personne qui en souffre peut sembler confiante à l’extérieur. Pour cette raison, il peut être judicieux de se demander d’abord si la personne souffre d’un manque de confiance ou si elle est simplement introvertie.

Il est important de noter que ce n’est pas parce que vous avez un employé qui est généralement plus calme ou moins ouvert qu’il souffre nécessairement d’une faible estime de soi. Vous aurez un certain nombre de styles de communication différents au sein de votre équipe, certains étant plus subtils que d’autres. Les introvertis puisent leur énergie dans le temps passé seul.

Ils peuvent apprécier de petites périodes de rencontre avec d’autres personnes, mais une grande quantité de socialisation peut être épuisante. Il est peu probable que les introvertis soient capables d’afficher une grande personnalité confiante pendant de longues périodes, et cela n’a rien à voir avec un manque de confiance en soi. Ne regardez donc pas uniquement les membres de votre personnel introvertis ou ne méprisez pas les membres de votre personnel extravertis, car l’extraversion n’est pas nécessairement une preuve de confiance en soi – elle pourrait facilement être une façade pour un cas sérieux de syndrome de l’imposteur.

Conseils pour aider un membre de votre équipe à vaincre le syndrome de l’imposteur

Heureusement, il y a beaucoup de choses que les managers et les employeurs peuvent faire pour aider leur équipe à vaincre le syndrome de l’imposteur.

Soyez précis dans vos commentaires

Les personnes qui luttent contre le syndrome de l’imposteur peuvent trouver le feedback très difficile à traiter. D’une part, elles n’aiment pas recevoir de commentaires positifs – elles s’en remettent souvent à un autre membre du personnel ou attribuent leur succès à la chance ou à un “coup de chance”. D’autre part, un retour négatif ou constructif peut les entraîner dans une spirale descendante, comme s’ils avaient l’impression que leurs impressions négatives sur eux-mêmes se confirmaient.

Lorsque vous donnez un bon feedback, assurez-vous d’être très précis sur la qualité de son travail. Lorsque vous donnez un feedback négatif ou constructif, essayez d’adoucir la conversation. Soyez clair sur ce qui n’a pas été fait correctement et sur ce que vous attendez d’eux, puis essayez d’équilibrer le retour négatif par quelque chose de positif.

C’est aussi une bonne chose de pouvoir partager des exemples de situations où vous avez reçu un retour constructif et comment cela vous a aidé à être plus performant au travail, afin que votre employé comprenne que personne n’est parfait.

Créer une relation de confiance avec les 1:1

Si la création d’une excellente culture d’équipe est importante pour la confiance des employés, l’établissement d’une relation de confiance est tout aussi essentiel pour aider le personnel à surmonter le syndrome de l’imposteur.
Nous sommes de fervents défenseurs des réunions en tête-à-tête – ces petites rencontres puissantes peuvent faire des merveilles pour établir de bonnes relations avec votre personnel. Il s’agit d’une réunion régulière entre le membre de votre personnel et son supérieur hiérarchique direct, qui permet de renforcer les liens, d’améliorer la communication et de donner à votre employé une chance de partager ses problèmes en privé.

Au fur et à mesure que cette relation se développe, vous serez en mesure de parler plus ouvertement des sentiments de vos employés. Ils se sentiront plus à l’aise pour parler de leurs préoccupations, et vous pourrez discuter des mesures à prendre en dehors de la réunion pour les aider à se sentir plus en confiance.

Mettez votre employé en contact avec un mentor

Une autre façon d’aider votre employé à prendre confiance en lui est de le mettre en relation avec un mentor professionnel. Un mentor peut être une autre source de soutien et de conseils pour votre employé.
Un mentor ne doit pas nécessairement appartenir à la même entreprise, il peut également s’agir de personnalités influentes du secteur. Il est fortement recommandé de trouver un mentor qui ne fait pas partie de votre équipe immédiate, car il peut donner des conseils plus impartiaux sur l’expérience de votre employé.

Le mentorat peut non seulement aider un employé à prendre confiance en lui, mais aussi à améliorer ses compétences en relations humaines et en communication, à offrir d’autres perspectives et à lui faire découvrir des réseaux plus larges.

Retour à l’accueil Worldnet