PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentCinq conseils pour élaborer et gérer votre budget - même en période...

Cinq conseils pour élaborer et gérer votre budget – même en période de difficultés économiques

Il n’y a rien de tel qu’une nouvelle année pour nous inciter à faire le point sur notre vie, notre santé, nos objectifs – et nos finances. Nombreux sont ceux qui commenceront l’année 2023 en réfléchissant à la meilleure façon d’établir un budget, de planifier et d’épargner. Il s’agit toujours d’un bon ensemble d’objectifs, mais c’est particulièrement important dans le contexte des économies imprévisibles et sujettes à l’inflation que nous observons partout en Afrique et dans le monde.

La budgétisation est particulièrement importante. C’est la méthode la plus efficace pour contrôler les revenus et les dépenses. Les budgets personnels peuvent vous aider à contrôler vos ressources en vue d’atteindre des objectifs financiers plus importants. La budgétisation offre également davantage de possibilités d’économiser de l’argent, de réduire vos dettes et de mener une vie confortable. Il peut même améliorer votre santé mentale.

Mais par où commencer ? À quelles questions devez-vous répondre pour établir un budget ? Voici quelques conseils que j’ai appris – non seulement en tant qu’économiste, mais aussi en tant qu’analyste des coûts de recherche et en tant que personne qui tient un budget.

1. Comprendre les conditions économiques générales

Il est impératif que les particuliers se tiennent au courant des réalités du paysage économique de leur pays. Vous n’avez pas besoin d’être un économiste professionnel, mais gardez un œil sur les nouveaux développements tels que l’enregistrement gratuit des entreprises, les fonds de développement des petites entreprises et l’impression de nouveaux billets de banque. Quel est le taux de change actuel ? Quel est le paysage politique et quels facteurs internationaux, comme le prix du pétrole brut, sont en jeu ? Vous devez également surveiller le taux d’inflation et avoir une idée des tendances du chômage.

Cette connaissance de l’économie vous préparera à établir votre propre budget et vous saurez à quel moment les facteurs externes vous obligeront à revoir vos plans.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Trudeau appelle les grandes enseignes d'alimentation à élaborer un plan pour stabiliser les prix des denrées alimentaires

2. Passez en revue vos sources de revenus

La capacité à gagner de l’argent est essentielle pour maintenir les moyens de subsistance. Disposer d’une source précise de revenus est la base de la budgétisation.

Voici quelques questions importantes que vous devriez poser sur vos revenus – et sur la façon dont vous pourriez établir votre budget en fonction de ceux-ci :

  • Quel est mon revenu actuel ?
  • A quoi me sert mon revenu ?
  • Suis-je capable d’épargner, compte tenu de mon revenu actuel ?
  • Quelle proportion de mon revenu est-ce que j’épargne et quelle proportion est-ce que je dépense ?
  • Ai-je la capacité de gagner plus que cela ?
  • Comment puis-je améliorer mes revenus ?

Vos réponses peuvent vous aider à identifier les lacunes ou le potentiel inexploité. Les personnes dont les revenus sont irréguliers ou imprévisibles doivent tenir compte de l’élément de décalage dans leurs revenus pour établir un budget efficace. Le décalage temporel correspond à la période pendant laquelle ils ne gagnent pas de revenu. Et tout le monde devrait prévoir dans son budget les incertitudes telles que les problèmes de santé, les engagements sociaux, l’inflation, le chômage, la récession et les chocs de prix.

3. Évaluez vos dépenses

Les dépenses peuvent être classées en deux grandes catégories : les dépenses  » variables  » et les dépenses  » fixes « .

Les dépenses fixes se répètent sur une courte période : logement, nourriture, transport, frais médicaux, électricité, services publics, articles de toilette et vêtements. Les dépenses variables sont à plus long terme et irrégulières, comme l’investissement dans des biens immobiliers ou des actifs produisant des intérêts, et l’achat de machines.

L’essence principale de la révision de nos dépenses est d’analyser et éventuellement d’améliorer nos habitudes de dépenses. En révisant nos dépenses, nous pouvons considérer des questions telles que :

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Couple accusé d'escroquerie envers un ancien plaqueur de la NFL estiment être victimes d'un chantage et "n'ont pas besoin de son argent", déclare leur avocat.

  • Quelle est la proportion du ratio consommation-épargne de mon revenu ? Il s’agit du montant que je dépense par rapport au montant que j’épargne.
  • Quelles sont mes dépenses régulières ?
  • Quelles sont mes dépenses fixes, en capital ou d’investissement ?
  • Quelles sont mes dépenses extraordinaires qui doivent être modifiées ?
  • Y a-t-il eu des dépenses urgentes ou extraordinaires ?

Une réponse attentive aux questions soulevées ci-dessus offre l’occasion de réévaluer le modèle et la direction de nos dépenses. Par exemple, on peut identifier les dépenses excessives, non planifiées ou extraordinaires. Cela peut conduire à une réaffectation optimale et efficace des ressources disponibles.

4. Stabilisez vos finances grâce à l’épargne

L’épargne a été décrite comme un stabilisateur financier, étant donné sa capacité à répondre aux besoins urgents et à créer des opportunités d’investissement.

Bien sûr, l’épargne a plus de valeur lorsqu’elle croît plus rapidement que le taux d’inflation. L’inflation érode la valeur de l’épargne. Par exemple, un montant de 300 000 naira (676 $ US) économisé pour acheter un pousse-pousse aujourd’hui peut s’avérer impossible dans deux mois avec un taux d’inflation de 10 % lorsque le prix du tricycle passe à 330 000 naira (744 $ US). C’est l’inverse qui se produit en cas de déflation.

Il est donc conseillé d’améliorer la valeur de l’épargne en investissant dans des actifs rapportant des intérêts tels que les actions, les parts, les obligations, la microfinance et la production.

Cela ne veut pas dire qu’il est toujours facile d’épargner. De nombreux salariés dépensent sans compter et ne considèrent pas l’épargne comme faisant partie de leur budget. Les dures réalités économiques peuvent également rendre l’épargne difficile, voire impossible. Mais ce n’est pas impossible : il est possible d’épargner de petites sommes, par le biais d’une contribution quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle à des collectes, des systèmes coopératifs ou des affiliations de microfinance. Par exemple, une entreprise de point de vente au Nigeria peut permettre une contribution quotidienne de 500 naira (1,13 USD) sur 25 jours de travail, ce qui donne une économie moyenne de 12 500 naira (28,18 USD) par mois.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Pour la première fois ! Le concours international de labour et l'exposition rurale se tiendront dans le comté de Dufferin du 19 au 23 septembre 2023.

L’activité des points de vente a débuté au Nigéria en 2013 lorsque la Banque centrale du Nigéria a introduit le système des agents bancaires. Un agent de point de vente opère et traite les transactions par l’intermédiaire d’un fournisseur de services de point de vente. Les fournisseurs de ces services comprennent des banques, des banques de microfinance et des sociétés fintech.

5. Gérer un budget flexible

Une fois que votre budget est créé, n’oubliez pas qu’il n’est pas gravé dans la pierre. Il doit être flexible si quelque chose change dans votre vie. Par exemple, un montant économisé pour acheter une voiture peut être investi dans une entreprise prometteuse en achetant des actions par le biais d’offres publiques ou de placements privés dans des organisations multinationales comme Nestlé ou Unilever.

De même, les urgences en matière de santé ou les programmes d’avancement de carrière peuvent nécessiter de prélever un peu d’argent sur nos économies.

Dans l’ensemble, la budgétisation doit être suffisamment souple pour intégrer les exigences, surtout lorsque la prise en compte de la situation actuelle se traduit par un plus grand bien.

Oluwabunmi Adejumo, Maître de conférences/Chercheur, Université Obafemi Awolowo

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire le article original.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles