Ce dispositif alimente tout, des grilles aux cuisinières.

0
0
Image: Bloomberg

Enapter AG fabrique des électrolyseurs modulaires, qui font passer un courant électrique dans l’eau pour créer de l’hydrogène capable de stocker de l’énergie propre. Seul, le dispositif peut être utilisé pour alimenter des appareils ménagers tels que des cuisinières, mais empilés ensemble, ils peuvent devenir suffisamment grands pour alimenter un réseau communautaire.

En octobre, Enapter a remporté le prix Earthshot d’un million de livres (1,3 million de dollars), fondé par le prince William du Royaume-Uni, qui soutient les technologies aidant à lutter contre le réchauffement climatique. L’entreprise a démarré en Thaïlande en 2015, lorsque l’ingénieur logiciel allemand Sebastian-Justus Schmidt a construit une maison autonome en utilisant l’énergie solaire et des électrolyseurs. Bloomberg Green a rencontré la cofondatrice Vaitea Cowan à Londres.

Bloomberg Green : Parlons donc de la mise à l’échelle. Vous êtes en train de construire une usine pour une production de masse qui devrait être achevée cette année. Est-ce bien cela ?

Cowan : Ouais, Q4. C’est notre ambition. D’ici là, nous voulons que les machines soient installées. C’est en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, c’est-à-dire au nord-ouest de l’Allemagne, près de la frontière néerlandaise. Nous allons commencer par produire 10 000 unités par mois, c’est comme ça que ça commence, puis ça continue de croître.

BG : Et je crois avoir lu que vous êtes déjà présents sur 22 marchés ?

Cowan: Nous sommes donc dans 44 pays différents, en fait. Nous sommes assez forts en Europe. C’est un bon marché pour nous. Et puis nous sommes aussi assez présents en Asie du Sud-Est, ainsi qu’en Australie. Je pense que les marchés intéressants qui se développent également sont l’Amérique du Sud. Nous avons donc quelques clients au Chili. Et je pense que les prochains grands marchés seront les États-Unis et l’Inde. Et bien sûr, l’Afrique est un marché entier que nous voulons soutenir non seulement du point de vue du stockage de l’énergie, mais aussi du point de vue du gaz de cuisson propre.

BG : Mais est-ce que vous fournissez principalement des foyers ?

Cowan : Lorsque nous regardons nos cas d’utilisation, le résidentiel est une chose et c’est là que notre histoire a commencé. Mais en fait, les applications d’aujourd’hui sont constituées à 30% de stockage, et c’est un peu le résidentiel, mais beaucoup plus de solutions de stockage à grande échelle, que ce soit pour les quartiers ou pour les communautés. Et c’est là que nous avons, par exemple, 100 habitants en Malaisie, qui fonctionnent avec des solutions de stockage d’hydrogène solaire.

Mais il y a aussi le thème de la mobilité, qui consiste à produire de l’hydrogène vert sur place, en sautant la chaîne d’approvisionnement des combustibles fossiles, puis à ravitailler les camions, les avions, les voitures ou les bus. Enfin, il y a les applications industrielles, qui consistent à produire du méthane vert ou de l’ammoniac vert pour les navires porte-conteneurs, par exemple, ou de l’ammoniac pour les engrais.

Donc, quand nous avons commencé, c’était 60% de stockage. Maintenant, c’est 30 % pour le stockage, 30 % pour la mobilité, 30 % pour l’industrie et d’autres cas d’utilisation.

BG : Pouvez-vous m’en dire plus sur les sources de financement d’Enapter ? Je pense que le dernier tour de table que vous avez obtenu provenait du gouvernement allemand ? Et puis vous venez également d’annoncer votre intention d’émettre de nouvelles actions.

Cowan: Pour augmenter la production de nos électrolyseurs AEM et développer notre produit à l’échelle du mégawatt, nous avons reçu le soutien du gouvernement fédéral. L’État allemand et l’UE soutiennent les aspects particulièrement innovants de la production en série. Outre les subventions publiques, nous nous finançons comme toute autre entreprise par des fonds propres et des prêts.

Plus précisément, en ce qui concerne nos dernières nouvelles en matière de financement, dans une première étape, 30 millions d’euros (33 millions de dollars) seront placés via un placement privé. Dans un deuxième temps, les investisseurs existants et les investisseurs privés auront la possibilité d’acheter de nouvelles actions dans les mêmes conditions. Un montant supplémentaire de 70 millions d’euros est réservé aux investisseurs institutionnels.

BG : Et est-ce que vous constatez un intérêt accru en raison de la guerre ?

Cowan : La guerre en Europe est une tragédie. L’accent sur l’énergie renouvelable décentralisée devrait exister sans ce conflit. Enapter rendra l’hydrogène vert moins cher que les combustibles fossiles en produisant en masse l’électrolyseur AEM et en tirant parti des économies d’échelle massives. Nous sommes convaincus que l’hydrogène vert permet la sécurité et l’indépendance énergétique. Cependant, il n’y a aucun moyen pour nous de tirer des conclusions positives d’une guerre, où que ce soit. Nous préférons qu’elle n’ait pas lieu.

BG : Comment le dossier économique de l’hydrogène vert évolue-t-il avec la flambée des prix des combustibles fossiles ? Avec le prix du gaz et du pétrole qui monte en flèche, comment cela change-t-il l’analyse de rentabilité de votre produit ?

Cowan : Je veux dire, en fin de compte, nous devons réduire le coût pour qu’il soit moins cher que celui des combustibles fossiles, n’est-ce pas ? L’hydrogène vert est en fait déjà compétitif avec les combustibles fossiles, selon le marché.

Je pense que lorsque nous regardons où se situe l’analyse de rentabilité de l’hydrogène vert, cela dépend toujours de l’emplacement. Et ensuite en termes de coût d’investissement. Eh bien, c’est ce sur quoi nous travaillons en ce moment. Réduire le coût et voir quand il sera compétitif.

© 2022 Bloomberg

Retour à l’accueil Worldnet