PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentBristol, Lilly : des médicaments à succès ciblés par Biden pour des...

Bristol, Lilly : des médicaments à succès ciblés par Biden pour des réductions de prix dans le cadre de l’assurance-maladie

Les géants pharmaceutiques, de Bristol-Myers Squibb Co. à Pfizer Inc. et Eli Lilly & Co., sont les premières cibles de l’incursion historique du président Joe Biden dans les négociations avec les fabricants de médicaments en vue de réduire le coût de ces derniers.

Contenu de l’article

(Bloomberg) – Les géants pharmaceutiques, de Bristol-Myers Squibb Co. à Pfizer Inc. et Eli Lilly & Co., sont les premières cibles de l’incursion historique du président Joe Biden dans la négociation avec les fabricants de médicaments afin de réduire le coût de ces derniers.

Mardi, l’administration a publié les noms de 10 médicaments sur ordonnance qui seront soumis au pouvoir de négociation de Medicare, le programme de santé américain pour environ 65 millions de personnes âgées. Le gouvernement s’attend à ce que les prix soient réduits de moitié en moyenne, les premières réductions prenant effet en 2026.

Annonce 2

Contenu de l’article

Contenu de l’article

Le groupe comprend Eliquis, l’anticoagulant à succès fabriqué par Bristol et Pfizer qui est maintenant le plus coûteux de la liste pour Medicare, représentant 16 milliards de dollars de dépenses dans les 12 mois jusqu’en mai 2023, selon le gouvernement. Il y a aussi Jardiance, la pilule pour le diabète de type 2 de Lilly, et Xarelto, l’anticoagulant de Johnson & Johnson.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  « Pelé » entre dans l'usage courant et trouve sa place dans le dictionnaire.

La capacité des États-Unis à négocier les prix des médicaments a été interdite par la loi de 2003 qui a créé le programme Medicare Part D, qui couvre une partie des coûts des médicaments pour les personnes âgées. Mais la loi sur la réduction de l’inflation (Inflation Reduction Act) de Joe Biden, promulguée il y a un an en réponse à l’indignation du public face aux coûts des médicaments américains, qui sont les plus élevés au monde, a rendu les négociations obligatoires.

Parmi les autres médicaments soumis à des prix négociés en 2026 figurent l’Imbruvica, médicament contre la leucémie d’AbbVie Inc., l’Enbrel, médicament contre la polyarthrite rhumatoïde d’Amgen Inc., le Januvia, médicament contre le diabète de Merck & Co., l’Entresto, médicament pour le cœur de Novartis AG, le Farxiga, médicament contre l’insuffisance cardiaque d’AstraZeneca Plc, l’insuline NovoLog de Novo Nordisk A/S, et le Stelara, médicament pour le système immunitaire de Johnson & Johnson.

Les médicaments figurant sur la liste ont représenté près de 51 milliards de dollars, soit environ 20 % des coûts des médicaments prescrits dans le cadre du programme Part D au cours de l’année qui s’est achevée le 31 mai, selon le communiqué. La publication de la liste déclenche une escalade du conflit entre l’administration Biden et l’industrie pharmaceutique, qui a intenté un procès pour empêcher les négociations de se poursuivre.

Contenu de l’article

Annonce 3

Contenu de l’article

Fixer les prix ?

“Bien que les entreprises pharmaceutiques tentent d’empêcher Medicare de négocier de meilleurs prix pour les médicaments, nous ne nous laisserons pas décourager”, a déclaré Xavier Becerra, secrétaire d’État à la santé et aux services sociaux, dans le communiqué.

Les médicaments bénéficient déjà de réductions grâce aux négociations avec les assureurs privés, a déclaré le groupe industriel Pharmaceutical Research and Manufacturers of America dans un communiqué. Donner au gouvernement “le pouvoir de fixer arbitrairement le prix” aurait des “conséquences négatives significatives” pour les années à venir, a déclaré le directeur général de PhRMA, Stephen J. Ubl.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un fabricant de fromage familial basé dans le Somerset se développe à l'échelle mondiale grâce à un programme de soutien de 30 millions de livres sterling.

Ce que dit Bloomberg Intelligence :

L’inclusion du Stelara de Johnson & Johnson parmi les médicaments ciblés par la négociation des prix est une surprise et ouvre la voie à des réductions potentielles de revenus de plusieurs milliards de dollars à partir de 2026. L’Eliquis de Bristol et le Januvia de Merck ont également été pris en compte, mais on s’y attendait.

– Duane Wright, analyste chez Bloomberg Intelligence. Lire l’étude ici.

“Bien que l’impact à court terme soit défavorable, nous restons plus préoccupés par l’impact à long terme de la fixation des prix par le gouvernement sur l’innovation biopharmaceutique en général”, a déclaré Robert Josephson, porte-parole de Merck, dans un communiqué.

Publicité 4

Contenu de l’article

Associée à une série de mesures portant sur des questions allant du changement climatique à l’énergie propre, la politique de l’IRA en matière de médicaments est l’une des plus agressives jamais adoptées à l’égard de l’industrie. Et ce n’est pas fini : d’autres médicaments devraient être ajoutés à la liste.

L’ampleur de l’impact sur les résultats des entreprises fait l’objet d’un vif débat : le plus gros impact sur les ventes pourrait ne pas se faire sentir avant plusieurs années, lorsque le nombre de médicaments négociés passera à plusieurs dizaines. Entre-temps, le gouvernement prévoit que les concessions de prix permettront à Medicare d’économiser 100 milliards de dollars jusqu’en 2031.

Les pertes de revenus

Bristol est sans doute la société la plus menacée par cette première série de mesures prises à cause d’Eliquis, Wells Fargo Securities estimant que son chiffre d’affaires annuel sera affecté à hauteur de 4 %. L’exposition plus faible de Pfizer à Eliquis signifie que ses ventes totales ne baisseront que de 1 %. Selon Bloomberg Intelligence, les ventes des autres médicaments de la liste devraient diminuer de moins de 1 % en raison de la loi.

Les analystes de Wells Fargo et Cowen prévoient ce qu’ils décrivent comme un impact gérable de 5 % des revenus de l’industrie. Selon Evan David Seigerman de BMO Capital Market, les entreprises lancent déjà des médicaments à des prix de liste beaucoup plus élevés afin de pouvoir gagner plus avant d’être éventuellement confrontées à des négociations avec Medicare.

Annonce 5

Contenu de l’article

Cela pourrait finir par compromettre certains des avantages pour les consommateurs que l’IRA était censé favoriser, même si la loi de 2022 plafonnera d’autres dépenses à la charge des patients et élargira les subventions pour les patients à faible revenu.

Pour les entreprises pharmaceutiques, la loi exige des négociations neuf ans après l’approbation des petites molécules, qui sont principalement des pilules, et après 13 ans pour les produits biologiques plus complexes. Le nombre de médicaments soumis à la négociation augmentera au fil du temps, mais il y a une limite. Le gouvernement ne peut négocier que sur les médicaments pour lesquels Medicare dépense le plus, à savoir les 50 premiers médicaments prescrits au détail et les 50 premiers administrés par les médecins. Cela signifie que la grande majorité des médicaments ne seront pas directement concernés.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Shell mis au défi du "net zéro" après l'augmentation des investissements dans les combustibles fossiles

En savoir plus : Comment les fabricants de médicaments peuvent esquiver les négociations de prix avec Medicare

L’industrie pharmaceutique soutient que la nouvelle loi constitue une fixation des prix, et non une négociation, et intente des actions en justice pour l’empêcher. Merck & Co, Bristol, J&J et AstraZeneca Plc (Royaume-Uni) ont chacun intenté une action en justice. Cela pourrait donner lieu à des décisions d’appel divergentes et accélérer la transmission du litige à la Cour suprême. Entre-temps, la Chambre de commerce des États-Unis demande une injonction pour interrompre les négociations avant même qu’elles ne commencent. Les États-Unis doivent déposer leurs réfutations à partir du mois prochain.

Annonce 6

Contenu de l’article

Les fabricants de médicaments ajoutent que l’IRA réduira l’incitation à développer de nouveaux médicaments, en particulier ceux contre le cancer qui commencent par traiter des cas rares ou avancés avant de s’étendre lentement à des indications plus larges. En effet, la loi raccourcit le délai dont disposent les entreprises pour récupérer leurs investissements, de sorte qu’elles se concentrent sur le traitement de populations de patients plus importantes.

Le Congressional Budget Office estime que la loi réduira le nombre de nouveaux médicaments mis sur le marché d’environ 1 % au cours des 30 prochaines années, en tenant compte de l’effet des négociations sur les prix et d’autres politiques.

-Avec l’aide de Jeannie Baumann.

(Mise à jour avec des commentaires supplémentaires de fonctionnaires et de fabricants de médicaments)

Contenu de l’article

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de faire en sorte que vos commentaires soient pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par courrier électronique : vous recevrez désormais un courrier électronique si vous recevez une réponse à votre commentaire, si une mise à jour est apportée à un fil de discussion que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos lignes directrices pour la communauté pour plus d’informations et pour savoir comment régler vos paramètres de messagerie.

Participez à la conversation

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles