FinanceGagner de l'argentAu lieu de réduire progressivement le charbon, le monde en brûle plus...

Au lieu de réduire progressivement le charbon, le monde en brûle plus que jamais.

En novembre dernier, à Glasgow, les leaders mondiaux du climat se sont livrés à un débat acharné sur la question de savoir si le projet final de l’accord du sommet devait inclure une promesse d'”élimination progressive” ou de “réduction progressive” du charbon.

Depuis lors, le terme le plus approprié serait probablement “phase-up”.

Alors que la planète est de plus en plus frappée par les inondations, les sécheresses et les tempêtes dues au changement climatique, le combustible qui contribue le plus aux émissions qui réchauffent la planète connaît une renaissance. La production mondiale d’électricité à partir du charbon pourrait établir un record pour la deuxième année consécutive et reste la plus grande source d’électricité au monde. La consommation a bondi en Europe pour remplacer les insuffisances de l’hydroélectricité, du nucléaire et du gaz russe, tandis que le principal producteur, la Chine, extrait des mines des volumes records pour se protéger de la volatilité des marchés énergétiques mondiaux.

Les prix du charbon exporté sont montés en flèche et les contrats à terme suggèrent qu’ils resteront à des niveaux historiques pour les années à venir. Et si les plans de dépenses pour de nouvelles mines et centrales électriques ne représentent qu’une fraction de ce qu’ils étaient il y a quelques années, le fait que les entreprises continuent à investir dans de nouveaux projets est alarmant pour les climatologues qui affirment que le combustible doit être éliminé progressivement d’ici 2040 pour éviter les pires effets du changement climatique. Alors que les politiciens et les militants se réunissent ce week-end dans la station balnéaire égyptienne de Sharm El-Sheikh pour consolider les travaux de Glasgow, de Paris et d’autres sommets de la COP, la résistance du charbon montre la montagne que le monde doit encore gravir.

“La question de savoir si le charbon va établir un nouveau record cette année, si le gaz va établir un nouveau record et si les émissions du secteur de l’électricité vont établir un nouveau record est très sensible en ce moment”, a déclaré Dave Jones, analyste principal du groupe de réflexion sur le climat Ember à Londres. “Le secteur de l’électricité est le plus important pour lequel vous devez voir des réductions d’émissions au cours de cette décennie. Cela signifie qu’il s’agit bien plus que d’un simple accident. C’est un moment où les gouvernements doivent être sérieux.”

Pour les titans du charbon qui ont pris l’habitude d’être le punching-ball des écologistes, cette année n’a pas seulement été rentable, elle a aussi été une occasion rare et bienvenue de rappeler au monde la valeur de l’énergie bon marché et fiable qu’ils fournissent.

“La décarbonisation est nécessaire, mais elle doit se faire de manière responsable et coordonnée et nous continuons à soutenir que c’est un voyage qui prendra des décennies, pas des années”, a déclaré Mark Vaile, président du mineur australien Whitehaven Coal Ltd. lors d’une réunion d’investisseurs le 26 octobre, après que le producteur a affiché des bénéfices annuels records cette année. “Les sources d’énergie traditionnelles comme le charbon sont essentielles pour fournir une charge de base fiable d’énergie”.

Le charbon a longtemps été embourbé dans la controverse. Bon marché à extraire, facile à transporter et simple à brûler, il a propulsé le monde dans l’ère industrielle tout en noircissant les cieux et en étouffant les poumons. Même après que la technologie eut réduit la pollution atmosphérique directe, le charbon est resté la principale source de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, car il libère plus de dioxyde de carbone que le pétrole ou le gaz naturel, et son exploitation libère des torrents de méthane encore plus puissant.

Lire aussi :   L'Occident a mené des sanctions contre la Russie : Le monde n'est plus ce qu'il était, selon un expert

Pour que le monde atteigne des émissions nettes nulles d’ici 2050, l’Agence internationale de l’énergie affirme que les centrales au charbon doivent être éliminées dans les pays développés d’ici 2030 et dans le reste du monde d’ici 2040. Et pourtant, des centaines de milliards de dollars devraient être investis dans de nouvelles installations au charbon jusqu’au milieu du siècle, et des pays clés comme la Chine et l’Inde vont de l’avant avec des plans de déploiement de vastes nouvelles capacités de centrales électriques.

L’année dernière était censée être le début de la fin pour le combustible sale. La consommation avait diminué en 2019 et en 2020. Alok Sharma, président de la conférence sur le climat COP26 organisée par les Nations unies, a passé l’année à exhorter les dirigeants mondiaux à “reléguer le charbon dans l’histoire” lorsqu’ils se sont réunis à Glasgow en novembre.

Au lieu de cela, un fort rebond industriel après la pandémie a fait grimper la consommation de charbon à un niveau record. Les pannes d’électricité généralisées en Chine et en Inde, les plus gros consommateurs de charbon au monde, ont poussé les dirigeants de ces pays à redoubler d’efforts pour s’assurer que les réserves de ce combustible soient disponibles afin de maintenir le rythme de leurs économies. En Écosse, M. Sharma, en larmes, s’est excusé auprès des délégués lorsque l’engagement d'”éliminer progressivement” le charbon a été remplacé par “réduire progressivement” à la dernière minute, sur l’insistance de Pékin et de New Delhi.

Les choses ne se sont pas beaucoup améliorées cette année. La production d’électricité à partir du charbon a augmenté d’environ 1 % par rapport à l’année précédente jusqu’en août, selon les données d’Ember. En Europe, le charbon a été utilisé pour remplacer le gaz russe afin de compenser la baisse de production des centrales nucléaires et hydroélectriques. En Chine, une sécheresse historique en juillet et août a épuisé les réservoirs de ses barrages massifs, ce qui a entraîné une hausse de la consommation de charbon pour combler le vide. Aux États-Unis, les fermetures de centrales électriques au charbon sont retardées et la production de ce combustible augmentera de 3,5 % cette année, les mineurs cherchant à répondre à la demande croissante du monde entier et à tirer parti des prix records.

L’une des ironies de l’augmentation de l’utilisation du charbon cette année est qu’elle est liée aux sécheresses qui ont réduit la production d’hydroélectricité et laissé les niveaux des rivières trop bas pour que les centrales nucléaires puissent fonctionner à pleine capacité.

Et dans les deux pays qui brûlent 70% du charbon mondial, des travaux sont en cours pour construire encore plus de centrales électriques utilisant ce combustible. Un cadre de la principale société d’ingénierie chinoise a déclaré qu’il s’attendait à ce que le pays approuve plus de nouvelles centrales au charbon d’ici 2025 que l’ensemble du parc de pays comme les États-Unis. Dans le même temps, l’Inde prévoit d’accroître son parc de centrales au charbon d’environ un quart d’ici la fin de la décennie, à moins d’une baisse substantielle du coût du stockage de l’électricité.

Il en résulte que, même si les investissements dans la production d’énergie éolienne et solaire atteignent des records, il est très possible que les émissions du secteur de l’électricité atteignent un nouveau sommet cette année, selon Ember. Les climatologues des Nations unies ont prévenu qu’il faudrait réduire ces émissions de moitié d’ici à 2030 pour pouvoir limiter la hausse des températures à environ 1,5 °C au-dessus de l’ère préindustrielle. Les émissions des centrales électriques américaines augmenteront de 1,5 % en 2022, selon l’Energy Information Administration.

Lire aussi :   Le super aliment ancien qui peut aider à soulager la faim dans un monde desséché

L’explosion de la demande a fait grimper les prix du charbon à des niveaux records, les contrats à terme de référence sur le charbon de Newcastle se négociant autour de 360 dollars la tonne, soit environ six fois plus qu’il y a deux ans. Les contrats à terme se négocient actuellement à plus de 260 dollars la tonne jusqu’en 2027. Aucun contrat à terme n’était supérieur à 75 dollars il y a seulement deux ans.

La mine de charbon d’Ashton en Nouvelle-Galles du Sud, Australie. Image : Brendon Thorne/Bloomberg

Cela s’est traduit par une aubaine pour les mineurs comme le géant des matières premières Glencore Plc, qui a annoncé que les bénéfices du premier semestre de son unité de charbon avaient bondi de près de 900 % pour atteindre 8,9 milliards de dollars, soit plus que ce que Starbucks Corp. ou Nike Inc. ont gagné en un an. Coal India Ltd, l’un des principaux producteurs mondiaux, a vu ses bénéfices presque tripler. Les entreprises chinoises qui extraient plus de la moitié du charbon mondial ont affiché des bénéfices au premier semestre qui ont plus que doublé pour atteindre un total de 80 milliards de dollars.

Les investisseurs ont prêté attention. Les actions de mineurs comme Glencore et la société australienne New Hope Corp. ont atteint des sommets cette année. Les analystes ont même suggéré de leur accorder un répit pour des raisons de gouvernance environnementale et sociale, en faisant valoir qu’ils font du bien à la société en fournissant de l’électricité qui permet aux familles de rester au chaud, aux entreprises de rester ouvertes et aux travailleurs d’avoir un emploi.

Malgré cela, les investissements dans le charbon ont diminué car les actionnaires et les banques refusent de plus en plus d’approuver de nouvelles dépenses pour des projets, soit pour des raisons éthiques, soit parce qu’ils craignent d’être obligés de fermer bien avant de pouvoir générer un rendement rentable.

Urgewald, une organisation allemande à but non lucratif de défense de l’environnement et des droits de l’homme qui suit les projets de charbon en cours, a déclaré qu’environ 473 gigawatts de nouvelles centrales au charbon sont encore à divers stades de planification, contre environ 1 600 gigawatts dans le pipeline aussi récemment qu’en 2017. Pourtant, si toutes les exploitations encore prévues sont construites, cela augmenterait le parc mondial de près d’un quart.

“Le moment n’est peut-être pas si éloigné où les départs à la retraite dépasseront les nouvelles acquisitions et où la flotte cessera de croître”, a déclaré Heffa Schuecking, directrice d’Urgewald. “Le vrai problème est que si nous voulons réduire les émissions de moitié d’ici 2030, alors quelque chose comme la moitié de la flotte devrait être retirée.”

Les projets d’expansion de la production d’électricité à partir du charbon dans des pays comme la Chine et l’Inde ne font pas forcément le bonheur des entreprises publiques de ces pays. Avec des prix du charbon aussi élevés, les entreprises qui brûlent ce combustible pour produire de l’électricité vendue à des tarifs réglementés ont vu leurs bénéfices diminuer. Les nouvelles énergies éolienne et solaire sont bien moins chères que le charbon dans ces deux pays, selon les données de BloombergNEF.

Lire aussi :   La querelle entre Biden et les grands groupes pétroliers s'intensifie au moment où le monde a besoin de plus de pétrole américain

“Les entreprises d’électricité sont prises en étau entre la décision de profiter de la brève fenêtre d’assouplissement des règles d’expansion de l’énergie au charbon, ou de se concentrer davantage sur des bénéfices plus étroits sur des coûts élevés”, a déclaré Zhang Mohan, un analyste de CITIC Futures.

Un dépôt de charbon près d’une centrale électrique dans la province de Zhejiang, en Chine. Image : Qilai Shen/Bloomberg

En dehors de la Chine et de l’Inde, les projets de nouvelles capacités de production sont limités. De plus, on s’attend à ce que le gaz reste coûteux après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ce qui devrait maintenir les prix élevés, car l’offre ne sera pas en mesure de répondre à la demande.

“Le monde ne peut pas simplement arrêter toute sa production d’électricité à partir du charbon”, a déclaré Robert Bishop, directeur général de New Hope, qui vise à augmenter la production et étudie les acquisitions potentielles dans le secteur du charbon. “Cela va prendre un certain temps et il n’y a tout simplement pas assez de réponse de l’offre à venir, donc nous pensons que les prix vont rester élevés.”

Pourtant, l’année n’a pas été dénuée d’espoir pour ceux qui travaillent à la réduction des émissions. Alors même que la Chine investit dans de nouvelles mines de charbon et de nouvelles centrales électriques, elle consacre encore plus d’argent à l’électricité propre et au stockage de l’énergie, qui pourraient à terme évincer les combustibles fossiles du réseau. La loi américaine sur la réduction de l’inflation promet d’accélérer les investissements dans l’éolien et le solaire sur un marché qui a été à la traîne par rapport à sa richesse et à son profil d’émissions.

En Europe, la crise énergétique imminente et la flambée des prix des combustibles fossiles ont stimulé la demande d’énergies renouvelables, les importations de panneaux solaires en provenance de Chine sur le continent ayant plus que doublé au cours du premier semestre de l’année. Les risques liés à la dépendance à l’égard du gaz russe ont accéléré les plans visant à réduire l’utilisation globale de ce combustible, un facteur qui pourrait, à moyen terme, compenser les émissions résultant de la récente renaissance du charbon, ont écrit des universitaires de l’université de Princeton dans un document publié le mois dernier. La principale compagnie d’électricité allemande, RWE AG, a déclaré en octobre que, même si elle allait augmenter l’utilisation du charbon à court terme pendant l’hiver, elle allait avancer de huit ans, jusqu’en 2030, sa sortie du charbon.

Tout cela ne laisse présager qu’un bref sursis pour le charbon, car les entreprises et les nations surveillent de près la trajectoire de leurs émissions. “Si nous brûlons plus maintenant, nous devrons plonger plus profondément par la suite”, a déclaré Sebastian Roetters, un militant de l’énergie chez Urgewald.

(Michael Bloomberg, le fondateur et propriétaire majoritaire de Bloomberg LP, la société mère de Bloomberg News, a engagé 500 millions de dollars en 2019 pour lancer Beyond Carbon, une campagne visant à fermer les dernières centrales à charbon aux États-Unis d’ici 2030).

© 2022 Bloomberg

Retour à l’accueil Worldnet

Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles

%d blogueurs aiment cette page :