PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argent47% des Sud-Africains comptent sur les aides sociales.

47% des Sud-Africains comptent sur les aides sociales.

L’Afrique du Sud dispose d’un des systèmes de subventions sociales les plus étendus au monde : 47 % de la population dépendent d’une subvention mensuelle. Parmi eux, 18 millions bénéficient d’une subvention permanente et environ 10 millions reçoivent une subvention temporaire de secours social de détresse. Cette dernière a été introduite pendant la pandémie de Covid-19 pour les adultes en âge de travailler qui ne bénéficient pas d’une protection sociale formelle, telle qu’une assurance chômage et pour ceux qui travaillent dans l’informel. La grande majorité des subventions sont des allocations de soutien aux enfants (R500 par mois), versées au soignant principal de l’enfant sur la base d’un test de moyens. Il existe ample preuve, à l’échelle mondiale, que de telles transferts d’argent entraînent de nombreux résultats positifs. Par exemple, ils réduisent la faim des enfants, améliorent la fréquentation scolaire et aident à réduire la pauvreté. Bien que les subventions sociales soient dépensées principalement pour la nourriture, il est de plus en plus évident qu’elles sont également utilisées pour des investissements productifs dans des activités de subsistance. Ce sont des actions que les gens entreprennent pour répondre à leurs besoins de base tels que la nourriture, le logement et les vêtements. Les bénéficiaires trouvent divers moyens de faire croître leur subvention en pratiquant des activités lucratives informelles et autres. Mais on en sait peu sur la nature et l’étendue de ces activités, ou sur la manière dont le gouvernement et d’autres partenaires sociaux tels que les ONG, les agences de développement et les initiatives d’investissement social d’entreprise pourraient soutenir l’agence des bénéficiaires et renforcer leurs stratégies de subsistance. Ceci est important à considérer dans le contexte du taux de chômage de 32,8 % en Afrique du Sud. Pour combler cette lacune de connaissances, nous avons mené une analyse quantitative du statut d’emploi des bénéficiaires de subventions sociales à partir de données d’enquêtes menées auprès de ménages de 2008 à 2021. Nous avons voulu avoir une meilleure idée du nombre de bénéficiaires de subventions – les soignants d’enfants, les personnes âgées, les personnes handicapées et les adultes sans emploi – qui pratiquent des activités lucratives informelles et génératrices de revenus. Nous avons constaté que 31 % des bénéficiaires de subventions se livrent à des activités informelles. Il s’agit de travaux sans contrat écrit et dont les entreprises ne sont pas enregistrées pour la taxe. Ils comprennent des travaux de soins, de commerce informel ou d’auto-emploi. En 2021, les bénéficiaires de subventions étaient 13 % plus susceptibles de faire des activités informelles que des activités formelles. Il y avait une probabilité plus grande de voir les bénéficiaires d’une allocation de soutien aux enfants s’engager dans des activités de survie économique (11 %), suivis de 9 % des bénéficiaires de la subvention de secours social de détresse et de 4 % des pensionnaires de la vieillesse. Bien que l’étude ait conclu que la proportion de bénéficiaires de subventions sociales travailleurs indépendants semble être faible, ce n’est pas le cas si l’on compare le travail indépendant (10 %) en proportion de l’emploi total. À cet égard, l’Afrique du Sud est moins bien classée que d’autres pays à revenu intermédiaire supérieur tels que la Turquie, le Brésil et le Mexique. Deuxièmement, nous avons synthétisé les résultats de trois études qualitatives menées par des étudiants diplômés du Centre pour le développement social en Afrique et du département d’anthropologie et d’études en développement de l’université de Johannesburg. Les histoires des bénéficiaires de subventions qui émergent de ces études montrent un fort désir d’être productifs – comme avoir un emploi ou créer leur propre entreprise – et de trouver des moyens d’améliorer leur revenu et leur bien-être personnel et familial. Ils ont également rencontré des obstacles importants pour promouvoir les moyens de subsistance, réduire la pauvreté et améliorer le bien-être psychosocial. Ces résultats soulignent la nécessité de concevoir des stratégies de réduction de la pauvreté à plusieurs volets qui combinent des subventions avec des services de soutien aux moyens de subsistance. Activités de subsistance Les participants des trois études ont exprimé une forte motivation pour améliorer leur vie. D’autres ont exprimé un fort désir d’indépendance, d’être actifs et productifs. Dans les trois études, quel que soit le montant de la subvention reçue et sa valeur, les interviewés ont déclaré que les sommes d’argent versées étaient insuffisantes pour répondre à leurs besoins. Ils ont trouvé divers moyens de faire « croître » leur subvention. Certains étaient des activités génératrices de revenus comme l’achat et la vente de biens, la prestation de services tels que la construction, la peinture, la photographie, la gestion de restaurants ou de bars, la location de logements et la guérison traditionnelle. Certains jouaient au fahfee (une forme de pari) ou se livraient au jardinage communautaire, à la couture, au recyclage et à la création de bijoux. D’autres ont investi dans des stratégies de subsistance futures, comme soutenir les enfants dans leur recherche d’emploi. Certains ont utilisé leur subvention comme capital de départ pour couvrir les coûts de démarrage d’une entreprise, acheter de nouveaux équipements tels qu’une friteuse, des perles pour leur travail artisanal ou pour développer leurs activités existantes. Nous avons également constaté que certains bénéficiaires investissaient une partie de leur subvention, principalement par l’intermédiaire de stokvels (un type de coopérative de crédit informelle) ou de plans d’épargne. Ils espéraient réinvestir les économies dans leurs entreprises ou utiliser l’argent en cas d’urgence. Dans les trois études qualitatives, les bénéficiaires ont déclaré que les ménages disposant de plusieurs sources de revenus étaient plus stables financièrement. Les obstacles les plus courants identifiés étaient liés aux responsabilités de garde d’enfants des femmes à la maison ; le coût d’opportunité pour travailler (tels que les coûts de transport et de garde d’enfants élevés) ; le manque d’emplois ; le manque de capital ; le manque d’accès à des microcrédits abordables ; la concurrence pour les clients des grands commerces ; le manque d’expérience, de connaissances et de compétences, par exemple en matière de littératie financière ; certains ont exprimé des inquiétudes quant à la criminalité et à la violence dans la communauté. Peu de bénéficiaires de subventions ont pu bénéficier de services de soutien formels du gouvernement. Seul un groupe de femmes artisanes travaillant les perles a bénéficié du soutien d’une coopérative locale. La plupart se sont tournés vers leurs réseaux sociaux, leur famille et leurs amis pour les soutenir, les conseiller et les aider financièrement. En raison du manque d’accès à de petits prêts, ils se sont tournés vers des prêteurs d’argent lorsqu’ils ont eu besoin d’accéder à des liquidités, entraînant un endettement. Un obstacle majeur est également lié à la nature précaire du travail informel et au manque de protection pour les travailleurs vulnérables. Implications pour les politiques de développement social Le travail informel est une stratégie de subsistance cruciale pour les bénéficiaires de subventions qui complètent leur revenu par le biais de multiples activités de subsistance. La plupart travaillaient dans des métiers élémentaires, des services, des ventes et des métiers liés à l’artisanat. Une petite proportion sont des travailleurs indépendants, dirigeant des entreprises de subsistance. Ceci est contraire à l’idée selon laquelle les bénéficiaires sont passifs et désengagés du marché du travail ou ne souhaitent pas travailler. Il est nécessaire de reconnaître davantage le travail informel et son rôle dans la réduction de la pauvreté en tant qu’objectif de politique nationale. De plus, des subventions sociales combinées à un soutien complémentaire aux moyens de subsistance sont nécessaires. Ceci comprend l’accès au capital, au crédit et à de petits prêts. Le développement des connaissances et des compétences, le mentorat et le coaching sont également essentiels. Peu de ministères du gouvernement ciblent les bénéficiaires pour le soutien aux moyens de subsistance, comme les programmes d’agriculture de subsistance et d’entrepreneuriat à petite échelle. Il est nécessaire d’explorer des modalités de prestation innovantes, où les soutiens aux moyens de subsistance peuvent être intégrés aux programmes gouvernementaux existants. Des incitations devraient être offertes à ceux qui souhaitent poursuivre des activités productives. Il est possible d’étendre les soutiens aux moyens de subsistance via les programmes gouvernementaux, les ONG, les agences de développement et les programmes de CSI existants. Cependant, plus de recherche et d’intervention expérimentale sont nécessaires pour informer la conception des politiques et des stratégies de soutien aux moyens de subsistance. Viwe Dikoko et Jade Archer ont co-écrit la note de recherche sur laquelle est basé cet article. Leila Patel est professeure d’études de développement social à l’université de Johannesburg. Cet article est republié depuis The Conversation sous licence Creative Commons. Lisez l’article original.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le nouveau centre commercial de TikTok est rempli de produits chinois bon marché

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles